Code810, pour les enfants

Recherche sur le site

scratch01

 A la rentrée 2014, l'Amic a créé une nouvelle activité d'initiation au codage informatique destinée aux enfants scolarisés en primaire. 

Il ne s'agit pas d'en faire des programmeurs professionnels mais de leur montrer que derrière chaque application qu'ils connaissent sur leurs ordinateurs, tablettes, téléphones mobiles ou autres objets connectés il y a de l'intelligence humaine qui a construit ces applications.

Il faut montrer aux enfants, souvent fascinés par les objets technologiques, que LA MAGIE N'EXISTE PAS.

Notre rôle d'adulte est de leur faire saisir

  • que ce sont des gens comme eux qui écrivent les programmes souvent très complexes
  • qu'ils peuvent comprendre la logique de ces programmes
  • qu'ils doivent toujours s'interroger et ne pas être des usagers béats (donc bêtas!)
  • que s'ils le veulent, mais là n'est pas notre objectif, ils pourront aussi, un jour, construire des programmes longs et complexes (mais avec beaucoup d'apprentissage et de travail)

Quoi de plus enthousiasmant que de voir une machine choisir, exécuter et répéter autant que souhaité une succession d'instructions qu'on lui a apprises!

Dans l'article Code 810, nous expliquons concrètement avec quels outils nous travaillons.

Mais avant d'y accéder, quelques réflexions encore.

Nous estimons que ce type d'activité devrait être inclus dans la scolarité des enfants. Dans de nombreux pays, c'est le cas. Cet enseignement est particulièrement développé en Grande Bretagne.

En France, cet enseignement existe au Lycée pour certains élèves (filières scientifiques). Au Collège, cela dépend des enseignants selon qu'ils se sont impliqués à titre personnel parce que passionnés ou qu'ils ont été formés (très rarement). Quant à l'Ecole élémentaire, bien qu'il en soit fait mention dans les programmes officiels, cet enseignement n'est quasiment pas dispensé faute de moyens matériels (qui ne sont pourtant pas très dispendieux) et, surtout, faute de formation des enseignants.

Alors? Il reste le recours aux associations et aux clubs animés par des bénévoles qui créent des activités en dehors du temps scolaire.